top of page

La création d’une filiale au Royaume-Uni : Quid de sa fiscalité ?

Temps de lecture : 5 min



Cet article recense les principales questions fiscales relatives à la création d’une filiale au Royaume-Uni en prenant l’exemple d’une SARL et en se fondant sur la législation britannique applicable pour l’année 2022.


création filiale au Royaume-Uni

  • Création


Tout d’abord en ce qui concerne la création même de la filiale, cette dernière doit être enregistrée auprès du ‘Registrar of Companies’ du registre de Companies House (équivalent français du registre du commerce et des sociétés). La démarche peut se faire auprès d’un avocat ou directement en ligne. La SARL ou ‘private limited company’ est la forme de société la plus empruntée de par sa facilité et rapidité de création, pouvant généralement être effectué en une semaine.


En ce qui concerne les sociétés anonymes (limited companies), elles ont l’obligation de déposer leurs comptes annuels et de s’enregistrer auprès du registrar of companies, les administrateurs en sont personnellement tenus responsables. Passé une certaine taille et un certain chiffre d’affaires, à savoir un chiffre d’affaires supérieur à 10,2 millions de livres sterling ou un bilan supérieur à 5,1 millions de livres ou encore si elle compte plus de 50 employés, la société est tenue de procéder à une vérification annuelle des comptes. Tous les détails de cette nouvelle création seront directement transmis à l'administration fiscale (HMRC) et la filiale devra s’enregistrer sur le site du HMRC pour l'impôt sur les sociétés.


  • Impôt sur les salaires


Pour ce qui est de l'impôt sur les salaires au sein de la filiale, les revenus résultant d’un emploi sont taxés et soumis à l'imposition à la source résultant du système PAYE (Pay As You Earn). La cotisation sociale (National Insurance contributions - NICs) est également due par l’employé et l'employeur. C’est une obligation légale incombant aux employeurs pour tout paiement effectué à l’employé.


Depuis le 6 avril 2021, les entreprises ont l’obligation d’appliquer la ‘PAYE’ et payer les ‘NIC’ pour tout travailleur contractant par le biais d’un intermédiaire ( contrat de sous traitance, contrat de prestation de service etc). De la même manière, la PAYE doit être appliquée aux employés non britanniques exerçant au Royaume-Uni. Pour ce qui est du NIC les règles sont différentes et dépendent de la durée de la mission et du pays où l'employé travaillait auparavant.


Les montants déduits en tant que PAYE et NICs sont payés à HMRC mensuellement ou trimestriellement. Les informations relatives à l'impôt et aux autres déductions dans le cadre du système PAYE sont transmises à HMRC par l'employeur chaque fois qu'un employé est payé, ainsi que les informations relatives aux départs et aux entrées des employés. Les déclarations annuelles de fin d'année des employeurs ne sont donc plus nécessaires. Cependant, une déclaration des avantages accordés aux employés (voiture de société; logement) doit également être effectuée chaque année sur le formulaire P11D.


  • Impôts sur les sociétés


Une société résidant au Royaume-Uni est assujettie à l'impôt sur les sociétés britannique sur tous ses bénéfices mondiaux. Elle doit elle-même évaluer l'impôt sur les sociétés qu'elle doit payer au plus tard neuf mois après la fin de son exercice comptable et déposer sa déclaration au plus tard 12 mois après la fin de son exercice comptable. Chaque société britannique membre d'un groupe doit déposer sa propre déclaration fiscale et payer son propre impôt sur les sociétés. Il n'existe pas de système de déclaration consolidée. Toutefois, une société déficitaire peut reporter ses pertes sur une autre société du groupe pour réduire son montant d'impôt. Lorsque les pertes du groupe dépassent 5 millions de livres sterling, les groupes concernés ne peuvent utiliser les pertes reportées qu'à concurrence de 50 % de leurs bénéfices.


Le taux de l'impôt sur les sociétés était de 19 %, mais passera à 25 % en avril 2023.

Les bénéfices imposables au titre de l'impôt sur les sociétés comprennent les bénéfices commerciaux et les bénéfices d'investissement à l'exception des revenus de dividendes qui sont généralement exonérés. Les dépenses ne sont déductibles que si elles sont engagées entièrement et exclusivement dans le cadre de l'activité commerciale de l'entreprise.


  • Amortissement fiscal


En ce qui concerne les amortissements fiscaux, la plupart des entreprises britanniques obtiennent des déductions pour amortissement sur les installations, les machines et autres équipements achetés pour les besoins de l'activité de l'entreprise. Une allocation annuelle d'investissement permet aux entreprises de bénéficier d'un allégement fiscal de 100 % pour les investissements en capital concernant les installations et les machines. Elle s'élève généralement à 200 000 £ mais a été temporairement portée à 1 million de livres jusqu'au 31 mars 2023.


Pour les dépenses supérieures à ce montant ou pour les articles qui ne donnent pas droit à la déduction annuelle pour investissement, comme les voitures, des déductions pour amortissement sont accordées sur la base d'un solde dégressif. Le taux principal de la déduction pour amortissement est de 18%. Il existe un taux spécial de 6% qui s'applique principalement aux actifs dont la durée de vie prévue est supérieure à 25 ans et aux caractéristiques intégrales des bâtiments, telles que les ascenseurs et les systèmes de chauffage et de climatisation.

Une déduction annuelle de 3 % pour les structures et les bâtiments est disponible pour les dépenses d'achat, de construction ou de rénovation de bâtiments.


  • TVA


La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) est prélevée à 20 % sur la plupart des biens et services fournis par les entreprises au Royaume-Uni. Certaines marchandises, telles que celles liées aux services financiers, à l'éducation et à la santé, sont exonérées de TVA. D'autres, comme celles liées à l'alimentation, aux livres et aux bâtiments résidentiels, sont détaxés.


Toute entreprise ayant un chiffre d'affaires dépassant £85 000 au cours des 12 derniers mois qui fournit des prestations imposables, à savoir tout bien ou service non exonéré, est tenue de s'inscrire au registre de la TVA. Ces dernières doivent soumettre des déclarations tous les trimestres et les envoyer à HMRC. Les entreprises peuvent également choisir de s'enregistrer même si leurs biens sont inférieurs au seuil prévu afin de récupérer toute TVA payée.


Depuis avril 2020 le Royaume-Uni a introduit une taxe de 2% sur les ventes numériques pour les revenus dérivés au Royaume-Uni des plateformes de réseaux sociaux, des moteurs de recherche et des marchés en ligne.


  • Rapatriement des bénéfices


Sous réserve d'exigences supplémentaires pour les sociétés publiques et les sociétés d'investissement, le montant des bénéfices distribuables est généralement égal aux bénéfices non distribués figurant dans les comptes annuels déposés de la société. Le Royaume-Uni n'impose pas de retenue à la source sur le paiement de dividendes à une entité non britannique.


  • Retenue d’impôts


Tous les intérêts versés par un emprunteur britannique doivent être payés après déduction de l'impôt sur le revenu au taux de 20 %. Toutefois, de nombreuses conventions de double imposition prévoient un taux de retenue réduit ou une exemption totale de la retenue d'impôt britannique. L'emprunteur doit être autorisé par HMRC à effectuer des paiements bruts d'intérêts (sans déduction d'impôt). HMRC a également lancé un programme de passeport afin d'accélérer et de simplifier la procédure d'exonération des conventions fiscales. Dans le cadre de ce régime, une société étrangère peut demander au HMRC le statut de "détenteur de passeport" afin de recevoir des paiements d'intérêts bruts. Les passeports sont accordés pour des périodes de cinq ans et les détenteurs peuvent en demander le renouvellement par lettre à HMRC.


  • Redevances


Les paiements de redevances effectués par une société britannique sont généralement déductibles de l'impôt sur les sociétés, à condition qu'ils ne dépassent pas le taux du marché. L'impôt sur les bénéfices détournés pourrait restreindre ou empêcher la déduction. Les sociétés britanniques peuvent être tenues de déduire l'impôt au taux de base (20%) de certains paiements de redevances effectués à des non-résidents britanniques. Les sociétés britanniques sont tenues de déduire l'impôt sur les paiements effectués au titre des marques de commerce et des marques déposées, en plus des droits d'auteur, des droits de conception et des redevances de brevet.


L'impôt sur le revenu est directement imputé à une personne non résidente du Royaume-Uni qui n'est pas non plus résidente d'une juridiction avec laquelle le Royaume-Uni a conclu une convention de double imposition contenant une disposition de non-discrimination sur le revenu brut des biens incorporels détenus dans des juridictions à faible taux d'imposition, dans la mesure où ce revenu est rattachable aux ventes réalisées au Royaume-Uni.


  • Prix de transfert et taxe sur les bénéfices détournés


Tous les biens et services fournis entre des sociétés d'un même groupe, doivent faire l'objet d'une tarification sur la base du principe de pleine concurrence. Le Royaume-Uni dispose de règles détaillées en matière de prix de transfert, qui obligent les entreprises à conserver une documentation appropriée pour étayer leur politique de prix intragroupe. Il existe une exemption des règles détaillées pour les petites et moyennes entreprises. Les définitions des petites et moyennes entreprises sont basées sur les dispositions de l'UE.


  • Le Royaume-Uni : lieu clé d'implantation d'une société holding


Les groupes qui investissent en Europe peuvent souhaiter le faire par l'intermédiaire d'une société holding basée en Europe. Le régime britannique présente un certain nombre d’avantages :


  • Les intérêts sont généralement déductibles;

  • Les revenus de dividendes sont généralement exonérés;

  • Aucune retenue à la source n'est due sur les dividendes versés aux actionnaires ;

  • Les plus-values réalisées sur la vente d'actions de filiales commerciales sont généralement exonérées d'impôt ;

  • Un vaste réseau de conventions fiscales est disponible.


Dans l'ensemble, la charge fiscale britannique sur les activités d'une société holding est minime, mais les exigences de conformité sont importantes et des conseils détaillés seront nécessaires.









Comentários


Postes en vedette
Messages récents
Archiver
Recherche par tags
bottom of page